Une ville animée et cosmopolite, dans l’un des plus beaux sites naturels du monde : nichée entre la baie et la montagne, la région du Cap (Cape Town en Anglais, Kaapstad en Afrikaans) recèle de nombreux trésors : criques de sable blanc, montagnes plongeant dans l’Océan Atlantique, dégustations de vins dans des vallées ensoleillées, restaurants et bars à la mode, sites historiques, observation des baleines, fleurs uniques au monde… Le Cap est la plus ancienne ville d’Afrique du Sud et affectueusement surnommée « mother city » (la cité mère) par les sud-africains.
Il est très facile de se rendre au Cap en avion depuis Johannesburg ou Windhoek. Je recommande au minimum trois jours pour la visite de la ville, de Table Mountain et de la péninsule, quatre ou cinq jours pour une découverte plus approfondie. Pour la route des vins, comptez une journée pour chacune des trois villes, à vous de choisir si vous préférez parcourir une seule des routes, deux ou même les trois. La réserve naturelle de Hoop et le Cap Agulhas peuvent faire l’objet d’une excursion de deux jours depuis Le Cap, ou constituer une étape en direction de la Route des Jardins.

 

Une brève histoire de la région du Cap

La région du Cap fut très longtemps habitée par les nomades San, puis par les semi-nomades Khoikhoi. Les premier Européen à découvrir le Cap de Bonne Espérance est le navigateur portugais Bartolomeu Dias, en 1488. Le Cap devient rapidement une étape de ravitaillement précieuse sur la route des Indes. Au milieu du dix-septième siècle, les premiers colons hollandais s’installent au Cap au nom de la puissante Compagnie Néerlandaise des Indes Orientales. Ils amènent des esclaves de Madagascar et d’Asie du Sud – ces derniers sont à l’origine de la communauté des malais du Cap. A la fin du dix-septième siècle, des huguenots français fuyant les persécutions se réfugient au Cap. Le gouverneur leur confie une vallée rebaptisée Franschhoek (le « coin français »), où les huguenots vont développer la culture de la vigne.
Au début du dix-neuvième siècle, la région passe sous contrôle britannique. A partir de 1835, de nombreux Afrikaners à la recherche d’indépendance vont quitter la région du Cap et se lancer dans le Grand Trek.
En 1910, Le Cap devient la capitale législative de la nouvelle Union Sud Africaine. La politique de ségrégation raciale commence bien avant le régime d’apartheid lui-même. Les populations noires et métisses sont déplacées loin du centre ville.
C’est au large du Cap, sur l’île de Robben Island, que Nelson Mandela est incarcéré pendant 18 de ses 27 années de prison. Et c’est depuis le balcon de l’Hôtel de Ville du Cap qu’il fait son premier discours public après sa libération.
Aujourd’hui, l’agglomération du Cap a une population d’environ 3 millions d’habitants dont presque la moitié de métis (appelés « coloured »).

 

Quelle est la meilleure saison pour aller au Cap?

Dans la région du Cap, contrairement au reste de l’Afrique Australe, la saison sèche coïncide avec l’été – il fait à la fois beau et chaud. En hiver au contraire le temps peut être franchement mauvais. Le meilleur moment pour visiter le Cap se situe entre octobre et mars. On tentera d’éviter les vacances scolaires locales (mi-décembre à mi-janvier), pendant lesquelles les sud-africains affluent en masse, avec pour conséquence des difficultés à trouver un hébergement, des prix qui montent en flèche, et des embouteillages sur les routes côtières. Les baleines franches australes fréquentent la côte à l’est du Cap entre juin et novembre.

Une question? Un commentaire?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 commentaires